Déborah Rippol
Head of Talent @ Alan
15 maiBien-être au travail

Travail en remote : ce qu’il faut savoir avant de se lancer !

Selon le ministère du Travail, 61% des français rêvent de télétravailler. Pourtant, ce n’est une réalité que pour 17% d’entre eux. En mars 2018, un droit au télétravail a été instauré permettant notamment sa mise en place sans passer par une modification du contrat de travail.

Qu’est-ce qui explique cet engouement grandissant, des employés comme des entreprises ?

Au-delà des statistiques et des études, le ressenti des personnes qui vivent ces expériences et des entreprises qui le permettent est clé.

J'ai personnellement expérimenté le remote total en travaillant chez Buffer d'Octobre 2015 à Septembre 2017 en tant que People success manager. Buffer est une des entreprises pionnière du travail à distance, une référence pour beaucoup. Je partage ici ce que j'ai appris.

Un intérêt pour les salariés

DayTwo-31

Liberté et flexibilité

On a la possibilité d’organiser sa journée comme on le souhaite. Cela ne signifie pas forcément travailler de 9h à 18h, 5 jours par semaine. Chacun travaille selon ses propres règles, au moment où il est le plus efficace.

Des temps de trajets (largement) réduits

Autant de temps sauvegardé pour d’autres activités. On connaît le niveau de stress que peuvent générer les transports et leur impact environnemental.

Moins de distractions

Les espaces de travail partagés sont souvent bruyants. Travailler de chez soi permet de s’épanouir dans un cadre plus calme et favorise la concentration profonde.

Simplifiez-vous la vie avec alan !

Des garanties claires, 0 papier, un service client humain.

Pour les plus nomades : découvrir d’autres cultures et modes de vie

Lorsque l’on travaille avec des personnes aux quatre coins du monde, les échanges sont enrichis par des cultures, des méthodes de travail et de communication différents qui vous aident à grandir en tant qu’individu.

Et pour les entreprises !

Un accès aux talents, partout dans le monde

La localisation n’est plus un frein au recrutement. C’est une excellente manière d’apporter de la richesse dans les équipes grâce à des parcours et des expériences divers. Pour les entreprises qui le souhaitent, le terrain de jeu est désormais mondial.

Capture d’écran 2019-05-14 à 15.01.31Deborah, Talent chez alan, a testé le remote chez Buffer.

Des services opérationnels 24/7

Un service client opérationnel 24/7, c’est une belle promesse faite à vos utilisateurs, non ? 😍 Les différents fuseaux horaires permettent de couvrir une plage horaire plus importante qu’en étant uniquement en France. Si l’organisation et la répartition du temps sont bien claires, c’est un avantage non négligeable.

Je suis, tu suis, nous suivons.

Suivez alan sur les réseaux sociaux !

Des prises de décision raisonnées et des processus documentés

Lorsque vous offrez la possibilité de travailler en remote, les processus ont besoin d’être clairs et précis. La culture de l’oral ne fonctionnera pas. C’est donc un excellent moyen de mettre à plat ses processus en les documentant au maximum.

joanna-kosinska-129039-unsplash Photo by Joanna Kosinska on Unsplash

Et les inconvénients, ils existent ? 🤔

Eh oui, tout n’est pas arc-en-ciel, paillette et Instagram ! Il y existe des contraintes avec lesquelles il faut savoir jouer.

La frontière vie perso - vie pro peut être mince

Lorsque notre lieu de travail n’est pas notre bureau, c’est qu’on doit pouvoir l’emmener partout avec nous. Pas toujours facile de déconnecter dans ce cas ! On oublie rapidement de prendre du temps pour soi et pour se détendre.

Moins d’interactions sociales

La vie de bureau présente de nombreux avantages. Le premier d’entre eux : pouvoir communiquer facilement avec ses collègues. À distance, c’est un peu plus compliqué, même si des solutions existent (comme, par exemple, une chaîne slack dédiée à ‘la pause café’ pour garder un esprit d’équipe).

Créer une culture d’entreprise est un challenge

Elle doit être intentionnelle. Les choses ne pourront pas se faire naturellement, avec le temps. Des actions peuvent être mises en place régulièrement pour développer une culture d’entreprise qui fonctionne sans interaction physique.

Des entreprises comme Hubstaff mettent ainsi en place des calls aléatoires entre plusieurs membres de l’équipe, chaque semaine pour simplement échanger. Basecamp réunit deux fois par an toute l’équipe dans leurs bureaux de Chicago pour créer du lien et partager des moments tous ensemble.

Une baisse de motivation difficile à détecter

Comment être sûr que tout le monde reste motivé ? La tâche est plus compliquée à distance. Organiser des points réguliers sur des sujets précis (opérationnel, résultat, intégration) peut permettre de déceler plus facilement le désengagement.

Brainstormer et prendre des décisions prend plus de temps

On en revient à l’importance d’avoir des processus écrits clairs (Notion est un très bel outil pour documenter tout ce qui concerne l’entreprise).

Les discussions et les décisions peuvent être prises de façon asynchrone dans la majorité des cas. Chez alan, nous utilisons en majorité Slack et Github pour ouvrir des discussion écrites et prendre nos décisions d’entreprise.

Les routines sont bousculées

L’environnement change et nos habitudes avec lui. Il est important de créer de nouvelles routines de travail pour retrouver un rythme confortable. Notre productivité nous remerciera.

Pour les plus nomades : la qualité de la connexion à Internet, un ennemi de taille

La qualité des connexions Internet n’est pas homogène dans le monde. Certains pays connaissent quelques difficultés à ce sujet. Il est donc important de vérifier les niveaux de débit ou les contraintes locales avant de projeter de s’y installer pour quelques jours, semaines ou mois.

En pratique

Bien que les entreprises françaises soient encore peu concernées, la tendance arrive et s'est même matérialisée par une loi ! 🇫🇷

IMG 7170

Travailler en remote, ce n’est donc pas seulement prendre un avion pour aller s’installer à l’autre bout du monde et passer sa journée sur la plage, son ordinateur sur les genoux.

Voici quelques exemples de pratiques à travers le monde :

  • Installer un bureau principal et quelques personnes en remote permanent;
  • Mettre en place le remote longue durée pour tous les salariés quand ils le souhaitent;
  • Permettre aux équipes de s’installer dans les bureaux de l’entreprise partout dans le monde;
  • Permettre quelques jours par semaine de travail à distance;
  • N'avoir aucun bureau. C’est le cas de Buffer ou de Doist. Vous pouvez retrouver la liste de centaines d’entreprises fonctionnant sur ce même principe sur le site We Work Remotely.

Chez alan, quelques exemples qui poussent certains d’entre nous à travailler loin du bureau 🤩:

  • On peut caler un rendez-vous médical en dehors des heures les plus encombrées ou faire d’autres formalités administratives;
  • On peut passer quelques jours de plus sur son lieu de vacances en travaillant à distance;
  • On peut travailler pendant une longue période depuis l’étranger;
  • Certains aiment aussi tout simplement changer de cadre et travaillent alors dans des cafés ou dans des espaces de coworkings.

Construire une culture forte pour faciliter le remote 💪

#1. Transparence

La transparence nourrit la confiance dans l’organisation. Lorsque l’on est en remote, c’est encore plus important d’avoir accès à une documentation claire pour être autonome.

#2. Trouver le bon équilibre

À distance (et même au bureau), la culture des horaires et du présentéisme ne doit plus être un sujet. Ce n’est bénéfique pour personne et ça ne participe pas au bien-être de chacun.

#3. Positivité et optimisme

L’entreprise est avant tout collective. Cette aventure doit être vécue dans la bonne humeur. Chaque remarque doit être constructive pour permettre à chacun de s’améliorer.

#4. (Sur-)Communication claire et directe

Les feedbacks sont écrits ou oraux, mais rarement en face-à-face. Il est donc important d’argumenter ses remarques et d’être le plus clair possible pour éviter toute incompréhension et les aller-retours à répétition.

#5. De l’organisation et de la motivation

L’autonomie et la responsabilité sont indispensables pour réussir aussi à identifier ses points d’amélioration et prioriser son travail. Cela veut dire, se lever le matin (à horaires réguliers si possible), ouvrir son ordinateur, et se lancer sur des projets grands et petits sans avoir besoin de quelqu’un derrière son épaule.

Pour certains, cela veut dire créer une routine, pour d’autres cela peut vouloir dire s’équiper d’outils adaptés (le Tomato Timer pour les chutes de motivation, ou Todoist pour avoir les idées claires sur les tâches à mener).

Voici quelques pistes pour vous aider à expérimenter le travail en remote s'il vous séduit !

Déborah Rippol
Head of Talent @ Alan

Plus d'articles de Déborah Rippol

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie