Alice Caillet
Care and podcasts @ Alan
28 oct, Podcast

🎧 Good People #4 - Retour à la surface avec Julie Gautier et Guillaume Néry

Pour notre nouvel épisode de Good People, nous avons discuté avec Julie Gautier et Guillaume Néry sur le tournage du film Alan.

Julie Gautier et Guillaume Néry en Grèce

Vous l’aurez remarqué : notre podcast Good People a pris une pause estivale et est revenu très en forme. Notre premier épisode de la reprise a été enregistré en Grèce, avec Julie Gautier et Guillaume Néry, avec qui nous avons eu la chance de travailler sur le film Alan, diffusé à la télévision entre les mois d’août et octobre.

Le célèbre couple d’apnéistes, champions dans leurs catégories, s’intéresse depuis quelques années au versant artistique de cette discipline. Nous leur avons donc posé quelques questions, et discuté de l’influence qu’a l’apnée sur leur vie et leur engagement écologique.

De la découverte de l’eau

Pour Guillaume Néry, à l’origine, il y a une fascination pour ce monde sous-marin et le mouvement des êtres qui le peuplent. D’après lui, si nombreux sont les gens qui s’installent au bord de l’eau, assez peu de gens s’intéressent à ce qu’il se passe en-dessous. C’est donc l’exploration d’un univers à la fois à portée et pourtant méconnu qui va l’attirer, et c’est l’intérêt pour le mélange de ce monde et du nôtre qui nourrit la vision artistique du couple.

Lorsqu’on leur demande de décrire la sensation de l’apnée sous-marine, deux éléments viennent tout de suite : l’apesanteur d’une part, inconnue sur la terre ferme, et l’arrêt de la respiration d’autre part, qui amène un grand relâchement. Il y a donc quelque chose de méditatif dans cette contrainte : contrairement à la méditation pratiquée à l’air libre, on bloque ici jusqu’au mouvement des muscles respiratoires. Le corps étant moins sollicité, l’esprit en est d’autant plus libéré.

Cet état de calme est paradoxalement l’une des clés qui leur permet d’accomplir des performances, qu’elles soient sportives ou artistiques : ce lâcher-prise et cette humilité sont indispensables face à l’immensité et à la force du milieu aquatique. Une fois ces contraintes acceptées, la fluidité des mouvements et l’harmonie avec l’élément, pour rester le plus longtemps possible, apparaissent alors comme des évidences.

À la redécouverte de soi

S’ils sont attentifs à l’environnement, ils doivent l’être tout autant, sinon plus, vis-à-vis de leur propre corps. Et contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer, il ne s’agit pas du tout de tomber dans le cliché des ascètes qui se privent pour avoir un fonctionnement optimal. Il est au contraire question de s’écouter, y compris lorsqu’il s’agit d’envies, et d’y trouver un équilibre sain.

L’apnée est donc un sport d’écoute, à la fois de soi, puisqu’il permet de ré-apprendre à se connaître, et de l’autre. Puisque contrairement à ce qu’on pourrait s’imaginer, ça n’est pas du tout un sport qui se pratique en solitaire : l’un comme l’autre plongent avec une équipe, avec qui cette écoute et cette confiance sont partagées. Et puisqu’il s’agit d’écoute sous l’eau, la communication se fait essentiellement grâce à une gestuelle et en une attention aux petits détails, qui va au-delà des barrières de langues. C’était justement le cas sur le tournage du film Alan, puisque l’équipe qui sécurisait la plongée était grecque.

STILLS FOR PRINT 1.6.1

MĂ©nager ses ressources

De cette attitude face à la plongée vient aussi une conscience du fait que si les ressources physiques qu’on a sont limitées, il devient alors nécessaire de ne pas se dépenser vainement. Il s’agit de tenir aussi longtemps que possible, tout en allant aussi loin que possible. C’est donc tout naturellement que se dessine le parallèle avec les questions d’écologie, et que se posent la question de comment se placer vis-à-vis de ça.

Pour Guillaume Néry et Julie Gautier, ayant bien conscience que les voyages qu’ils font polluent et donnent envie de voyager, il devient d’autant plus important de donner à leurs films une vocation de sensibilisation.

Le constat étant dramatique (Guillaume Néry parle d’une extermination du vivant), l’un et l’autre voient la discipline et la contrainte comme indispensables. Si chacun cherche ses réponses, adapte ses gestes et ses habitudes, la recherche d’une solution claire est loin d’être terminée. Julie Gautier nous explique que l’enjeu actuel humain est de se réinventer pour s’adapter à cette situation dans laquelle il s’est mise.

Merci

À nouveau un grand merci à Julie Gautier et Guillaume Néry pour leur temps, et un grand merci à vous de nous avoir lus et/ou écoutés. Vous pouvez retrouver le podcast sur vos plateformes habituelles (Apple Podcast, Spotify, Soundcloud, etc.), n’hésitez pas à nous y suivre directement !

Je suis, tu suis, nous suivons.

Suivez alan sur les réseaux sociaux !
Alice Caillet
Care and podcasts @ Alan

Plus d'articles de Alice Caillet

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie