Jeanne Leroux
Journaliste
15 janvSanté

11 choses à faire pour aider votre conjointe à récupérer de l'accouchement

Vous voilà de retour chez vous, en famille, après quelques jours passés à la maternité. Un accouchement est souvent comparé à un marathon et qui dit marathon, dit récupération pour la nouvelle maman. Voici quelques idées pour l’aider à se remettre au mieux du « plus beau jour de sa vie »…

  1. Un petit cadeau qui l’attend sur le lit et qui, oh surprise, n’est ni un livre sur la maternité, ni un porte-bébé original, c’est sympa. Vous pouvez lui offrir un poème encadré, une chemise ample qu’elle pourra mettre dès maintenant, un bijou, des fleurs ou sa BD favorite… Peu importe tant que ça montre toute l’admiration que vous portez à votre +1 préférée.

  2. Ses plats préférés, tout prêt dans le frigo bien plein (faites les courses tant qu’à faire) ou commandé dans son restaurant fétiche. Certains aliments ont des pouvoirs « magiques » : le saumon (cuit), la dinde, les oeufs, les épinards, le tofu, le lait, les graines et les noix sont excellents pour la jeune maman, notamment parce qu’ils sont riches en tryptophane, un acide aminé qui augmente la sérotonine dans le corps et avec, le niveau de bien-être. Si elle allaite, préparez-lui des cookies de lactation blindés de pépites de chocolat, mais surtout d’avoine, graines de lin et de chia, levure diététique et huile coco, ingrédients qui boostent la production de lait.

  3. Un logement propre et rangé avec, cerise sur le gâteau, la chambre de bébé pleine de couches (prévoyez un stock suffisant car il y a un gros turn over chez les nourrissons) et de biberons prêts à utiliser (si vous avez décidé de ne pas allaiter, ça veut dire avec packs d’eau minérale et, encore mieux, du lait en poudre déjà dosé).

  4. Sous prétexte de montrer le bébé, évitez d’inviter vos parents à 14h, vos meilleurs potes à 15h30, en finissant par vos cousins à 17h00. Une grossesse suivie d’un accouchement, c’est épuisant et ça demande des semaines de récupération. Répartissez donc les visites (courtes) sur plusieurs jours, plusieurs semaines même et, hop là, demandez à vos invités d’amener à manger et à boire - sans alcool si votre conjointe allaite ! Vous n’aurez sans doute aucune envie de préparer des petites tapas avec un bébé qui ne fait pas ses nuits à la maison.

  5. Nous y voilà… Les premières nuits sont souvent difficiles. Si on ajoute à ça que vous êtes déjà crevés, surtout la maman qui vient de vivre un truc épuisant, c’est particulièrement éprouvant. Soyez chic, vous qui n’avez pas accouché, sortez du lit en premier pour rassurer le bébé et lui donner le biberon. Si votre conjointe allaite au sein, vous pouvez aussi être présent : apportez-lui le bébé, changez-le, faites la conversation à votre conjointe, allez lui chercher un verre d’eau…

  6. Vous n’avez pas l’habitude de faire les tâches ménagères ? C’est pourtant le moment idéal de se mettre au ménage, au repassage, aux courses… pour débuter un (ré)équilibrage de la charge mentale au sein du foyer, à long terme. Une étude de Cambridge, menée sur 30000 personnes dans 34 pays, révèle que les hommes qui s’occupent des corvées domestiques sont… plus heureux ! C’est tout bénéf’.

  7. Proposez à votre conjointe des temps libres, pour qu’elle puisse lire, se balader, voir ses amies ou prendre soin d’elle si elle le souhaite (non, le rdv chez la kiné pour la rééducation périnéale ne constitue pas un temps libre). Si vous avez déjà d’autres enfants, occupez-vous-en au maximum pour la décharger.

  8. De l’écoute, de l’échange, du soutien et de l’intérêt ! L’arrivée d’un enfant dans un couple, c’est un grand chambardement. Alors, s’informer, bien communiquer, s’entraider, rassurer et se donner de l’affection, c’est important - dès le début. La jeune mère a tendance à s’oublier avec l’arrivée d’un nouveau-né et, oui aussi, à négliger son couple. Sans la déconcentrer de sa nouvelle mission, vous pouvez glisser des petites attentions (un mot d’amour, un bain moussant, un petit dej au lit...) qui lui rappelleront que vous êtes là pour elle. Si vous ne voulez pas bazarder votre couple avec l’eau du bain (du bébé), c’est dès maintenant qu’il faut être vigilant.

  9. Si c’est votre premier enfant, n’ayez pas peur de vous en occuper, même si vous avez l’impression que votre partenaire le fait plus aisément que vous. Si vous pensez que l’instinct maternel existe, sachez que l’instinct paternel aussi ! N’oubliez pas que vous avez été diplômés « parents » en même temps et que cela vous autorise à participer activement à l’éducation de bébé.

  10. Observez-là. Si le baby blues concerne entre 30 et 75% des femmes et se résout le plus souvent en quelques jours, la dépression du post-partum, plus grave, touche 10 à 15% des mères. Vous observez que votre conjointe pleure souvent, présente des difficultés d'endormissement, de l’anxiété ou une culpabilité anormale ? N’hésitez pas à en parler à des professionnels de santé (les sage-femmes et les pédiatres sont bien formés sur ce sujet).

  11. Et le plus important : n’utilisez pas le mot « aide ». Non, vous « n’aidez » pas votre conjointe, vous faites votre boulot de co-parent. En 2021 c’est perçu comme normal, mais ça n’était pas forcément le cas pour la génération de vos parents. N’hésitez pas à recadrer votre mère qui vous trouve si formidable, parce que vous passez l’aspirateur ou préparez le biberon. Expliquez-lui que votre récompense, c’est une famille soudée et fonctionnelle. C’est un bon début.
La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie