Jeanne Leroux
Journaliste
18 janvSanté

Dormir ou ranger : et si on évacuait (enfin) le dilemme ?

Le bébé est arrivé et avec lui un désordre que vous n’auriez jamais imaginé. Bonne nouvelle : vous pouvez apprendre à vivre avec. Keep cool.

Avant que votre enfant ne naisse, vous avez, en théorie, eu du temps. Le temps de vous investir dans votre home sweet home, à parfaire les moindres détails déco, le temps de choisir un transat assorti à votre canapé et une couleur des murs qui ne détonne pas avec sa table à langer hygge. Justement, tiens, voilà votre nouveau petit colocataire, à peine sorti de la maternité !

On préfère donc vous prévenir : avec son arrivée, vous n’allez plus voir votre appartement ou maison qu’en vrac pendant quelques mois. Déjà parce que les besoins de bébé > tout le reste. Ensuite parce que le nourrisson débarque avec un tas d’accessoires qui se salissent à une vitesse folle. Enfin parce que vous allez être crevé.e.s. et que si le dilemme « dormir ou ranger » peut exister, la question devrait être vite réglée : DORMIR.

Voici pourquoi.

Pour vous mesdames : la mère parfaite est un mythe.

Cette femme au boulot génial, maison et corps de rêve, enfants nickel et romance de fou, n’existe pas - ou seulement pour vous faire culpabiliser. Une étude de 2019 explique que 55% des parents pensent « échouer » dans leur première année avec bébé et que 70% aimeraient une représentation plus honnête de la parentalité. Autres époques et/ou cultures, mais les petits confiés à des nourrices s’en sortent très bien, merci. Vous n’êtes pas indispensable. Prenez une femme de ménage, appelez votre mère pour faire gouzi gouzi avec bébé, demandez à votre conjoint d’amener son enfant en balade pendant que vous ferez la sieste. Apprenez à déléguer plutôt qu’à vous épuiser à la tâche : quelqu’un d’autre peut stériliser les biberons, donnez-vous du temps pour récupérer et revenir en pleine forme. Dans Comment ne pas être une mère parfaite, Libby Purves rappelle que ce qui est essentiel, c’est que vous soyez épanouie. Et ça passe probablement plus par une sieste que par une session de repassage, donc DORMIR.

Le burn-out maternel est une réalité.

La psychologue Violaine Gueritault compare la maternité a un job à plein temps et à hautes responsabilités, « il faut être disponible 24h/24, 7 jours/7, 365 jours par an. » - elle n’exagère pas. Car ce sont les mères qui prennent le plus cher : 79% d’entre elles se plaignent d’une grosse fatigue et 66% d’un grand stress. Cet épuisement, parfois conjugué avec le manque de reconnaissance et/ou un partage des tâches inégal, peut mener à des états dépressifs sévères. En plus de la déculpabilisation, il est important de vous protéger, physiquement et émotionnellement. Le tas de petits vêtements à plier attendra parce que c’est l’heure de DORMIR.

Une nuit de 8 heures est un miracle.

Seulement 5% des parents d’un enfant de moins de 6 mois arrivent à dormir 8 heures par nuit. Près de la moitié des parents se contentent de nuits fragmentées avec 1 à 3 heures de dodo d’un trait. On a coutume de dire qu’il faut dormir quand bébé dort, mais 41% des adultes interrogés ont des difficultés à faire la sieste, entre autres parce qu’ils stressent et se sentent obligés de nettoyer le bazar. Alors quelles solutions pour ne pas virer zombie ? Déjà relayez-vous - une nuit c’est toi, l’autre c’est moi - pour éviter que tout ne retombe toujours sur la mère (sachez que 32% des pères ne se lèvent pas la nuit, une honte). Si la maman allaite, essayez un biberon de lait tiré de temps en temps ou soyez simplement présent (donc éveillé). Un père qui ronfle pendant que la maman allaite dans un long tête-à-tête avec son bébé peut être un peu déprimant. Essayez au moins une fois sur deux de garder les paupières ouvertes, de changer le bébé, de tenir quelques bribes de conversation et pourquoi pas, de remettre sur play la série commencée la veille. Enfin, améliorez au max la qualité de sommeil de votre nourrisson avec, par exemple, des machines à bruit blanc (qui peuvent d’ailleurs vous aider pour la sieste) ou le berceau du turfu, Noo, vendu à prix d’or. Car l’idée, c’est de DORMIR.

Une maison impeccable est un luxe.

Vous avez le droit de laisser votre maison en bordel. Tant que vous voyez le sol et que vous ne risquez pas de vous blesser, ça va. Visez réaliste et commencez petit. Si vous avez 10 minutes, attaquez et nettoyez une zone. Si vous avez 40 minutes, faites la totale grâce à ces tips :

Mettez un timer sur 20 minutes et lancez-vous tête baissée : vous serez surpris.e de ce qu’on peut faire en si peu de temps. Recommencez et hop, la maison est propre. Ayez des paniers de rangement à dispo pour balancer tout ce qui traîne par terre dedans et passer un coup d’aspi rapidos. Mettez les produits d’entretien dans une boîte avec poignée pour la transporter de pièce en pièce, sans avoir à retourner toute la zone sous l’évier à chaque fois que vous cherchez le pschitt. Pour la salle de bain, commencez par le haut (les miroirs, le lavabo, la baignoire) et descendez, ce qui vous permettra d’avoir un chiffon tout mouillé à la fin pour nettoyer le sol sans sortir la serpillière. Placez des sacs poubelle vides au fond de votre poubelle pour que, dès que vous sortez celle qui est pleine, vous puissiez remettre direct un sac clean. Faites la cuisine en dernier - c’est toujours le point culminant de l’affaire… C’est plus simple d’en faire un peu chaque jour, façon rituel : remplir le lave-vaisselle le soir et le vidant le matin, passer un coup de raclette dans la douche, plier le linge dès qu’il est prêt… Ainsi vous évitez que les problèmes s’amoncellent (et ça stresse l’amoncellement).

Enfin, sachez qu’un peu de saleté et de poussière aide bébé à développer un bon système immunitaire donc ne vous rendez pas dingue si votre maison n’est pas parfaite, mais profitez-en pour vous reposer et DORMIR.

Bonne nuit.

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie