Laurence Lebedinsky-Pollet
Sage-femme spécialisée dans les troubles du sommeil
18 janvSanté

Le sommeil de mon bébé entre 6 et 12 mois

Tout ce que vous devez savoir sur le rythme de sommeil de votre (maintenant grand) bébé pour les prochains mois.

Vous vous approchez du Graal : entre 6 et 12 mois, l'enfant dort de onze à quatorze heures par jour. La majorité dort entre dix et douze heures par nuit auxquelles il faut ajouter l'heure et demie de la sieste du matin et de celle de l'après-midi. De quoi vous reposer pleinement des premiers mois où, passée l'excitation due à votre nouvelle vie et au nouveau rythme qu'elle a engendré, vous avez fini par ressentir une grande fatigue, qui est bien normale. Tout n'est pas gagné pour autant : il arrive que certains enfants connaissent une régression dans leur sommeil, leur flambant neuve horloge biologique pouvant connaître quelques soubresauts.

Pas de panique, il retournera vite à ses habitudes en appliquant les bonnes pratiques du sommeil : les rituels du coucher qui commencent bien avant la mise au lit (lui expliquer la préparation du dîner, le bain, les petits jeux, le dîner puis la phrase magique : « Il est l'heure d'aller faire dodo »), le train du sommeil à prendre quand il entre en gare, l'histoire courte, le bisou au doudou, la main posée sur le ventre, la stratégie du 5-10-15 si l'enfant vous réclame, les paroles rassurantes à l'entrée de sa chambre, la volonté de ne pas le sortir du lit au cas où aucun problème d'importance n'apparaît.

Notez aussi les différences majeures dans l'évolution de votre enfant : là où il capitulait rapidement face à la fatigue, le voilà qui prend tout son temps, étirant son endormissement à trente minutes ; les couchers deviennent plus difficiles en raison de l'angoisse de la séparation qui apparaît ; les micro-réveils se multiplient – quelques bruits entre deux cycles sans qu'il n'y ait à intervenir ; le lien de causalité s'opère (l'objet qu'il a lancé par terre existe toujours) entraînant des petits caprices jusque là inconnus (il le jette à nouveau quand on lui rend) et la perception de son pouvoir (il appelle ses parents quinze fois dans sa chambre, si vous vous déplacez quinze fois, vous êtes fichus).

Si parler à son bébé dès qu'il naît est l'une des bases de son équilibre futur, cette période entre 6 et 12 mois demande encore plus de dialogues, d'explications de son emploi du temps (« Tu vas aller à la crèche où tu retrouveras d'autres enfants pendant que j'irai travailler et je reviendrai te chercher plus tard »), des actualités de la vie de famille, qu'elles soient joyeuses (anniversaire, Noël, départ en vacances…) ou tristes (séparation, maladie, décès…). C'est qu'il entre dans une période où son développement affectif lui permet par exemple de calquer ses émotions sur vos réactions, où son développement intellectuel l'autorise à comprendre et à résoudre des problèmes simples et où sa motricité globale lui fait se tenir debout les jambes fléchies, comme s'il voulait s'accomplir. Un tel génie ne mérite-t-il pas des nuits à la hauteur de son talent ?

Laurence Lebedinsky-Pollet
Sage-femme spécialisée dans les troubles du sommeil

Plus d'articles de Laurence Lebedinsky-Pollet

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie