Guillaume Perrot
Founder Associate
14 marsSanté

Le test de dépistage du coronavirus

Dernière mise à jour : le vendredi 25 mars 2020.

Mascot - questions

Depuis le début de la crise sanitaire liée au coronavirus, nous faisons beaucoup de recherches (imparfaites) et pensons qu’il est intéressant de partager le savoir que nous construisons. Nous avons ainsi mis en ligne de nombreuses ressources pour répondre à toutes vos questions sur le coronavirus.

Aujourd’hui, nous avons choisi de vous parler du test de dépistage du coronavirus.

En quoi consiste le test de dépistage du Covid-19 ?

Le test de dépistage du Covid-19 se déroule en deux étapes distinctes. Dans un premier temps, on prélève un échantillon du patient, avant de l’analyser dans un laboratoire spécialisé.

Le prélèvement :

  • Comment le prélèvement se déroule-t-il ? Des cellules nasales profondes sont prélevées avec une sorte de coton-tige (techniquement “écouvillon”) que l’on insère dans les narines. Le prélèvement en lui-même ne dure que quelques secondes.
  • Qui peut réaliser le prélèvement ? Pour des raisons techniques et de sécurité, seuls les infirmières et les biologistes sont habilités à le faire.
  • Où puis-je me faire prélever ? Le prélèvement peut se faire dans des hôpitaux, dans des laboratoires privés, sur un drive installé sur un parking voire même à domicile si le personnel habilité se déplace jusqu’à chez vous.

L’analyse

  • L’analyse de l’échantillon doit être réalisée dans des laboratoires spécialisés.
  • On utilise une technique de réplication de l'ADN pour obtenir un échantillon de taille suffisante (une RT-PCR si cela vous intéresse).
  • On recherche ensuite dans celui-ci le code génétique du SARS-CoV-2 grâce à des sondes.
  • Si la recherche est positive, le test est répété pour être sûr du verdict.

Le test de dépistage le plus utilisé aujourd’hui est celui développé par l’Institut Pasteur. D’autres tests devraient bientôt arriver sur le marché (comme ceux de BioMédieux ou Eurobio Scientific).

Quelle procédure ?

Jusqu’à présent, seul le SAMU et un infectiologue référent peuvent vous prescrire le test, après vous avoir dûment interrogé sur vos symptômes, vos déplacements récents et votre entourage.

En France, à la publication de cet article, nous sommes en stade 3 de l’épidémie. En théorie, les médecins généralistes ont donc maintenant l’autorisation de délivrer des ordonnances à leurs patients pour aller se faire tester dans des laboratoires de villes. En réalité, la plupart des laboratoires de villes ne sont pas encore prêts à réaliser le test… On vous explique plus bas pourquoi.

Sans signe grave et en cas de doute, les bon réflexes sont de contacter son médecin traitant via un appel téléphonique ou la télé-consultation, d’appeler le numéro d'information et de consulter le site internet mis en place par le gouvernement.

Ces ressources vous aideront à prendre les meilleures décisions.

Pourquoi tout le monde n’est-il pas testé ?

En période d’épidémie, il est impossible de tester systématiquement toutes les personnes présentant des symptômes évoquant le COVID-19. En effet, les ressources nécessaires et les précautions à prendre pour réaliser un test de dépistage du coronavirus sont importantes. En France, nous réalisons en ce moment environ 9000 tests par jour. Voir le rapport de la Santé Publique.

Dès lors, le SAMU doit sélectionner celles et ceux à qui le test est prescrit.

Comment s’opère cette sélection ?

Les tests sont réservés aux invidius fragiles ou à risques, présentant des signes de gravité ou déjà hospitalisés, aux professionnels de santé et aux personnes ayant des symptômes et qui travaille dans des structures collectives (EPHAD, handicap).

Vous pouvez trouver sur le site du gouvernement plus d’informations sur la stratégie des autorités sanitaires concernant ces tests de dépistage.

Est-ce grave si le SAMU refuse de me tester ?

Non, votre approche de la situation ne doit pas changer. Cela ne signifie pas que vous n’êtes pas à risque, ni que le SAMU a décidé de vous laisser tomber.

Aujourd’hui, nous ne sommes pas en mesure de combattre le Covid-19 directement. Le traitement proposé est un traitement symptomatique : on s’attaque aux symptômes de la maladie et non à sa cause (au virus en lui-même).

Dès lors, que vous soyiez diagnostiqué ou pas, les gestes à adopter sont similaires. Si les symptômes sont modérés, il convient de rester confiné au maximum chez soi pour ne pas risquer de contaminer d’autres personnes. En cas d’aggravation des symptômes (fièvre forte, détresse respiratoire), il faut appeler le SAMU à nouveau pour se faire prendre en charge de façon adéquate.

Nous détaillons dans notre guide sur le coronavirus les gestes à adopter pour limiter les risques.

Les laboratoires de ville sont-ils vraiment prêts à tester des patients ?

Dans l’optique de désengorger les hôpitaux, le gouvernement français a autorisé les laboratoires privés à réaliser eux-mêmes les tests de dépistage.

Pour autant, malgré cette autorisation, peu de laboratoires sont aujourd’hui en mesure de réaliser ces tests.

Il y a deux problèmes. Le premier est d’ordre pratique :

  • Les laboratoires ne peuvent pas faire le prélèvement dans leurs locaux. En effet, la plupart d’entre eux ne peuvent accueillir un nombre important de patients dans des conditions sanitaires et hygiéniques suffisantes pour éviter la propagation du virus. Par exemple, la plupart des laboratoires ont une porte d'entrée/sortie par laquelle passent tous les patients.
  • Compliqué également d'envoyer du personnel de santé au domicile des patient pour aller recueillir des échantillons. Ils manquent d’équipement pour garantir au personnel des conditions de sécurité acceptables. Pour ne pas risquer de contaminer le professionnel de santé opérant le prélèvement, ce dernier doit par exemple porter un masque de type FFP2 et de nombreux laboratoires n’en disposent toujours pas.

Le second problème est celui que nous évoquions plus haut. La plupart des laboratoires ne sont pas encore prêts techniquement à effectuer l’analyse de l’échantillon. Ils peuvent également manquer de réactifs.

La solution pourrait venir de la mise en place de drive. Cette solution massivement utilisée en Corée du Sud permet de limiter les interactions entre le patient et le biologiste lors du prélèvement de l'échantillon. De nombreux laboratoires en France ont commencé à en mettre en place.

Combien de temps avant d'avoir les résultats ?

En théorie, les analyses de l’échantillon prélevé prennent 3 à 4 heures et le patient est informé des résultats de son test sous 24 heures. En pratique, cela peut prendre jusqu’à 48h.

Combien coûte un test de dépistage ?

  • En laboratoire privé et à l'hôpital, il coûte 135 euros. Il est considéré comme étant « hors nomenclature », c’est-à-dire qu’il n’est pas remboursé du tout par l’Assurance Maladie ni la mutuelle. Dans le cas, où il est suivi d'une hospitalisation, il est alors remboursé à 100% par la Sécurité Sociale.
  • En laboratoire de ville, suite à sa prescription par un médecin, le test est facturé 54 €, remboursé à 60% par la Sécurité Sociale (et le reste par votre complémentaire santé).

Les grands laboratoires de recherche sont également lancés dans une autre course la monde: la production d’un vaccin contre le coronavirus. Le mercredi 11 mars, l’Institut Pasteur a ainsi annoncé avoir commencé à tester ses premiers prototypes médicaux. L’objectif étant de proposer un vaccin efficace contre la maladie avant l’automne.

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie