Laurence Lebedinsky-Pollet
Sage-femme spécialisée dans les troubles du sommeil
19 janvSanté

Les bons rituels pour endormir mon enfant

Comme un octogénaire qui ne raterait pour rien au monde Vivement dimanche et Le Grand Slam, le bébé a ses petites habitudes qui lui permettent de structurer sa vie, de se repérer dans le temps et de l'apaiser dans son rythme quotidien.

S'ils sont à utiliser dès les premiers jours, les rituels deviennent primordiaux à partir de 6-8 mois. C'est en effet à cet âge que le bébé réalise que son corps est différent de celui qui le porte. Les angoisses apparaissent : celle de la séparation, mais aussi de la perte. Pour rassurer l'enfant, qui se demande si l'adulte sera bien là au moment de son réveil, les rituels du coucher sont à suivre au pied de la lettre, toujours dans le même ordre avant de mettre son bébé au lit pour une sieste ou pour la nuit. À partir de 9 mois, le nombre de siestes diminue pour passer à trois, puis à deux à 12 mois, puis une seule jusqu'à 4 ans. C'est là qu'il va récupérer de la fatigue, secréter de la prolactine (l'hormone de croissance et d'immunité, entre autres), faire mûrir son système nerveux, stimuler sa mémoire et apprendre à gérer ses émotions.

Pour le mettre en conditions optimales, respectez un schéma - toujours le même – que vous aurez calé sur ses rythmes de sommeil et qui le mettra dans les meilleures dispositions : un repas avant la sieste, un petit câlin dans les bras hors de la chambre avant de le glisser dans son lit. Pour la nuit, les rituels commencent plus tôt. Pourquoi ne pas faire la cuisine devant lui (marche indifféremment avec le père la mère) en lui expliquant ce que vont lui apporter les légumes, détailler les différentes activités de sa journée, évoquer l'idée de promenade du lendemain ? En plus de nouer des liens très forts avec votre bébé, jamais vous ne rencontrerez meilleur public d'autant que s'il ne comprend rien en apparence, ce petit être saisit inconsciemment les informations que vous lui communiquez.

Donnez-lui ensuite le bain, un moment qui doit être synonyme de détente, de complicité et d'amusement avant de le laisser jouer une dizaine de minutes (tout en lui précisant à chaque fois l'activité et la durée). Vient ensuite l'heure du dîner avec des dialogues à bâtons rompus. Puis arrive le temps du coucher avec une comptine ou une histoire courte, puis l'endormissement. Si celui-ci se fait avec quelques difficultés, revenez de temps en temps à la porte de sa chambre pour le rassurer mais ne le prenez pas dans vos bras – à moins d'un problème évident – et ne cédez pas à ses demandes insistantes (nouvelle histoire, désir de se relever…) : si c'est à partir de 9 mois que l'enfant s'aperçoit de son pouvoir sur son entourage, c'est aussi à ce moment-là qu'il doit prendre pleinement conscience des limites à ne pas franchir. Tout un programme.

Laurence Lebedinsky-Pollet
Sage-femme spécialisée dans les troubles du sommeil

Plus d'articles de Laurence Lebedinsky-Pollet

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie