Laurence Lebedinsky-Pollet
Sage-femme spécialisée dans les troubles du sommeil
15 janvSanté

Endormir avec les bruits blancs... ça marche vraiment ?

Bruits blancs

Vous avez tout tenté pour endormir votre bébé : peine perdue. Un coup d’œil sur Internet vous donne une ultime piste : utiliser les bruits blancs, à savoir les bruits de fond monotones. Une méthode qui pourrait faire des merveilles pour plonger votre enfant dans les bras de Morphée. Attention : si l’idée n’est pas forcément mauvaise, elle connaît de nombreuses limites.

Euh...c’est quoi les bruits blancs ?

Les bruits blancs sont des bruits d’ambiance qui associent toutes les fréquences sonores simultanément, en demeurant sur une unique tonalité. Les battements du cœur, le ronron du sèche-cheveux, de la machine à laver, de l’aspirateur ou de la voiture, ou encore le bruissement des vagues ou de la pluie, sont des bruits blancs. On les appelle ainsi par assimilation à la lumière blanche, qui se définit comme un mélange équilibré de toutes les couleurs.

Des bruits de fonds apaisants

Ces sonorités peuvent en effet apaiser les bébés car elles agissent comme une sorte de paravent sonore qui empêche les autres sons plus forts et plus ponctuels (éclats de voix, chutes d’objets, craquements de plancher…) de leur parvenir et de les surprendre. On pense aussi que ces bruits feutrés rappellent à l’enfant les sons assourdis qu’il entendait dans l’utérus : des sons associés à la chaleur et à la sécurité. Rassuré, il se calme alors plus facilement. De fait, les bruits blancs semblent avoir une efficacité indéniable sur la plupart des nourrissons. En 1990, une étude avait montré que 80 % des nouveau-nés s’endormaient dans les 5 minutes lorsqu’ils écoutaient des bruits blancs, contre 25 % sinon.

Tester les bruits qui marchent le mieux

Pour tester cette méthode sur votre enfant, il y a des méthodes plus simples que de vous tuer à passer l’aspirateur dans sa chambre ou de laisser le sèche-cheveux en marche près de son lit. Non seulement cette dernière pratique serait dangereuse, mais le bruit risquerait d’être trop fort, et donc contre-productif : un bon bruit blanc ne devrait pas dépasser 50 décibels. Il existe de nombreuses vidéos et podcasts disponibles en ligne, à utiliser toutefois avec les précautions qui s’imposent en matière d’exposition de votre enfant aux ondes wifi. Une fois déterminé le ou les types de bruits blancs qui apaisent le plus votre enfant, vous pouvez, le cas échéant, investir dans une peluche ou un doudou estampillé « bruits blancs » : il en existe une vaste gamme sur le marché, à poser à côté du lit.

Pourquoi cette technique n’est jamais la panacée

Attention, toutefois, à bien garder en mémoire que cette méthode ne peut être que ponctuelle et temporaire. Utiliser les bruits blancs pour endormir son enfant est a priori un constat d’échec, car un bébé qui va bien n’a pas besoin de béquille pour s’endormir seul. Dans l’immense majorité des cas, lorsque cela ne marche pas, c’est parce qu’ils n’arrivent pas à lâcher prise, notamment du fait de l’angoisse de leurs parents. Il est normal qu’un nourrisson mette cinq à dix minutes pour s’endormir, et qu’auparavant il s’agite et pleure pour libérer les tensions accumulées pendant sa période d’éveil. Si les parents n’interviennent pas, il s’endort de lui-même. Ce qui n’est pas le cas s’ils le reprennent tout de suite, en pensant qu’il a faim ou qu’il est mal. Sans compter que les bruits blancs, comme la tétine, peuvent créer une dépendance à l’endormissement. Face à de réelles difficultés d’endormissement de votre bébé, mieux vaut peut-être envisager une consultation sommeil, avec un psychothérapeute ou une sage-femme.

Laurence Lebedinsky-Pollet
Sage-femme spécialisée dans les troubles du sommeil

Plus d'articles de Laurence Lebedinsky-Pollet

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie