Laurence Lebedinsky-Pollet
Sage-femme spécialisée dans les troubles du sommeil
20 janvSanté

Les signes qui montrent que mon bébé a sommeil

Apprenez à décrypter les signaux forts (et moins forts) de votre bébé pour rouler ensemble vers l’autoroute du sommeil.

Vous croyiez être incollable sur les signes du sommeil ? Peut-être pas encore tout à fait. Ils peuvent prendre diverses formes selon les âges, c'est sans doute pourquoi cet état de lâcher prise est aussi fascinant que mal connu.

Exemples : un bébé devient pâle, il se frotte les oreilles ou le nez, ses yeux sont humides, ses arcades sourcilières rougissent, ne serait-il pas temps d'appeler les urgences ? Pas du tout, il a juste envie de piquer un sérieux roupillon. Il se montre d'une maladresse inhabituelle, perd son équilibre, montre une coordination pas optimale, enchaîne des mouvements lents ou saccadés ? « J'ai besoin de repos ! », hurle son corps. Il devient irascible, pleure, s'agace d'un rien ? Pour lutter contre la fatigue, tout son petit corps se met en tension musculaire, ce qui occasionne cette humeur acariâtre. Plus classiques, les bâillements à répétition, l'envie d'étreindre son doudou, le clignement et le frottage des yeux sont les alertes qui signifient qu'il a envie de se coucher.

Car rater le train du sommeil (qui passe toutes les 50 minutes chez l'enfant de 0 à 2 mois et toutes les 70 minutes chez celui de 2 à 9 mois) pour un bébé n'a pas les mêmes conséquences que chez l'adulte. Il vous arrive de vous coucher tard en ayant trop bu – on ne vous jette pas la pierre –, vous récupérerez avec une bonne grasse mat', à moins que vous n'ayez un enfant en bas âge. Ainsi, vous tentez tant bien que mal de « réorganiser » votre sommeil.

Chez le bébé, traîner au lit pour rattraper le manque de sommeil n'a aucun sens, il n'a pas encore cette maturité. Pour qu'il l'acquière dans un temps record et réponde aux besoins physiologiques de son horloge biologique, il est impératif qu'il structure son rythme de sommeil et donc, que vous soyez ultra réceptifs aux signaux qu'il envoie, même quand ceux-ci peuvent dérouter.

Ainsi, une fois bien installé dans son lit, il connaîtra une phase de sommeil agité : il bougera ses lèvres, ses membres, gémira de longues minutes (environ vingt) avant de s'enfoncer dans le sommeil calme. Cette période, déroutante, amène certains parents à tirer leur bébé du lit, croyant discerner dans cette attitude désordonnée un certain mal-être. Evitez ceci, car cette agitation représente 50 % de son sommeil et essayer de le calmer ne fait qu'ajouter à la désorganisation de son sommeil. En bref, soyez patients et observez-le, ses gestes parlent pour lui. Bon dodo !

Laurence Lebedinsky-Pollet
Sage-femme spécialisée dans les troubles du sommeil

Plus d'articles de Laurence Lebedinsky-Pollet

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie