Fabrice Staad
VP actuary and insurance product
27 maiSanté

Comment on pilote une assurance santé ?

Card+phone

Chez alan, on aime simplifier les choses compliquées. On a donc décidé d’expliquer la pierre angulaire du pilotage d'une activité d’assurance, le ratio de sinistres sur primes (loss ratio en anglais). À savoir, le rapport entre nos remboursements et les cotisations versées par nos assurés.

Ce ratio sinistres sur primes nous permet de piloter alan au quotidien. Il influence la définition des cotisations et des remboursements. On vous explique comment ça marche.

Qu'est-ce que l'assurance ?

Pour commencer par le commencement, un mot sur notre modèle économique.

L'assurance consiste à rembourser des dépenses qui surviennent de façon aléatoire (pour nous, des dépenses de santé) au cours d'une période pour laquelle une cotisation a été versée.

Il y a une différence de taille avec les autres secteurs : on propose un service dont on ne connaît pas le coût au moment de le vendre. Contrairement, par exemple à un commerçant qui a priori sait combien il a acheté tel ou tel bien.

Pour faire chic, on parle d'inversion du cycle de production.

Pour compliquer la chose, nous devons attendre parfois plusieurs mois avant de connaître le montant des remboursements à notre charge pour une période donnée. Nous travaillons dur chez alan pour vous raccourcir les délais de paiements, mais certaines fois les informations ne nous sont justes pas parvenues.

En somme, non seulement on ne connaît pas à l'avance le montant des remboursements à notre charge, mais en plus on doit attendre longtemps avant d’être sûr d’avoir visé pile-poil 🔮. Cela nous fait pas mal de choses à estimer le plus précisément possible.

Notre indicateur pour suivre ces évolutions s’appelle donc le loss ratio.

Ainsi, si ce ratio est de 80%, cela signifie que pour 100€ de cotisations versées, nous en utiliserons 80€ pour rembourser des dépenses de santé. Les 20€ restants permettent à l'assureur de financer les services qu’il apporte.

Simplifiez-vous la vie avec alan !

Des garanties claires, 0 papier, un service client humain.
Découvrez Alan

💚 Viser une expérience 5 étoiles

On l’a dit, le taux de sinistres, c’est le rapport entre nos remboursements et les cotisations versées. C’est l’indicateur phare en assurance.

Ce ratio, nous avons l’obligation de le communiquer chaque année, pour bien vous expliquer à quoi nous employons les cotisations que vous nous versez. L’assurance est un secteur règlementé, tenu à une grande transparence. Ça tombe bien, c’est l’une des valeurs clés chez alan. On va d'ailleurs même plus loin que nos obligations réglementaires en publiant, deux fois par an, notre chronique Bonjour Transparence qui détaille non seulement nos dépenses, mais aussi nos réussites et nos difficultés. Parce que nous sommes convaincus que la transparence construit la confiance.

Le ratio sinistre sur primes est donc un indicateur de dépenses, on l’a vu, mais il ne dit évidemment pas tout de la manière dont fonctionne votre complémentaire santé. En particulier, il ne permet pas d’estimer la qualité de service.

Chez alan, par exemple, on se concentre sur le développement des meilleurs produits. Cela veut dire une inscription en quelques minutes, des notifications de remboursements pour ne plus avoir à courir après votre assureur, une prise de photo des factures (plus aucun papier !), un service client qui répond en quelques minutes.

Avoir les meilleurs produits, cela veut dire également changer la donne en santé : nous prenons par exemple en charge la télémédecine pour tous nos assurés, nous remboursons la méditation avec Petit Bambou, nous avons construit Alan Map pour vous aider à anticiper vos dépenses de santé. Et bien d'autres choses sont en route !

Capture d’écran 2018-10-01 à 14.38.14

Pour résumer, on considère que notre rôle ne se pas limite à vous rembourser vos dépenses de santé mais à vous proposer une expérience 5 étoiles en santé.

Notre philosophie

Revenons à notre ratio de sinistres sur primes. Vous l'aurez compris, il nous permet simplement de mesurer la part qui nous reste après le remboursement des dépenses de santé.

Notre objectif est simple : vous proposer les tarifs les plus justes possibles, ceux qui vous permettent d'être bien couverts à un très bon prix et qui nous permettent en parallèle d'investir énormément dans le produit et l'expérience. Pour cela, on vise un taux aux alentours de 80%.

On aligne également nos discours et nos actes en étant totalement transparents. Alors que nos résultats pour les entreprises ont été particulièrement bons les deux dernières années, on a deux fois de suite soit baissé nos tarifs, soit augmenté nos garanties.

On ne baissera pas nos prix chaque année. Mais on pense que quand on vous rembourse légèrement moins que prévu (vous pouvez voir tous nos chiffres de l’époque dans cet article), c'est normal de vous en faire tout de suite bénéficier.

Parfois, à l’inverse, les dépenses à rembourser sont plus élevées que ce que donnaient nos estimations.

Nous avons lancé Blue l’année dernière, l’offre qui couvre mieux que bien, pour les entreprises. Pour en définir les tarifs, on s’est appuyé sur notre expérience grandissante, on a confronté nos résultats avec des chiffres de marché fournis par des consultants spécialisés et enfin on a travaillé avec nos partenaires réassureurs.

Cependant, le montant de certaines dépenses est plus élevé que prévu, et nous allons par conséquent, augmenter les prix de Blue, pour nos futurs clients uniquement. Rassurez-vous si vous êtes déjà assurés Blue, rien ne change pour vous !

Concrètement, le prix pour Blue est à présent de 80€ pour un salarié d'une entreprise dont l'âge moyen est inférieur à 36 ans, contre 70€ précédemment.

De même, nous avons suffisamment de recul pour penser que les dépenses de santé de nos assurés individuels sont plus élevées qu'anticipé. Là aussi, nous allons augmenter un peu nos prix, pour les utilisateurs qui vont nous rejoindre.

Les nouveaux tarifs sont consultables sur notre site.

Je suis, tu suis, nous suivons.

Suivez alan sur les réseaux sociaux !

🧐 De quoi a-t-on besoin pour estimer le taux de sinistres ?

Pour pouvoir estimer le montant des remboursements à venir, on a d'abord besoin d'un nombre suffisant de données. En tant que jeune assureur, nous nous appuyons tout d'abord sur notre expérience grandissante : en janvier dernier, on couvrait près de 25.000 utilisateurs contre environ 5.000 l'année précédente et vous êtes 32.000 aujourd'hui. ).

Nous nous appuyons également sur des grands partenaires (nos réassureurs, ceux avec qui nous partageons une petite partie de nos risques) qui disposent d'un historique de données important et qui nous aident à compléter notre expérience.

Mais avoir des données ne suffit pas toujours. Certains facteurs peuvent changer subitement, qu'ils soient externes (par exemple, une augmentation générale de la consommation médicale, des changements dans les règles de remboursement dont les effets sont complexes à estimer) ou propres à notre portefeuille (un changement dans la composition familiale de nos utilisateurs, ou un changement de comportement : par exemple, des utilisateurs mieux couverts vont plus souvent chez le médecin 😉 ). Ici, pas de surprise, nous devons faire un certain nombre d'hypothèses, puis mesurer le plus finement possible nos résultats.

En tant qu’unique acteur technologique de l’assurance, nous avons l’avantage d’avoir développé de A à Z un système d'information performant qui nous permet de piloter notre portefeuille en temps réel. Cela nous donne un temps d'avance pour prendre les meilleures décisions possibles et continuer de grandir tout en vous proposant les meilleurs produits possibles.

On espère que vous y voyez un peu plus clair sur ce que nous faisons ! En tant que nouvel entrant dans ce secteur, nous cherchons à apporter un oeil frais, à prendre du recul, à casser les codes, à être différent, à agir vite et à attirer les meilleurs talents pour construire le meilleur produit.

On a commencé avec l'assurance, et notre vision à long terme est de devenir une porte d'accès vers l'univers de la santé, et proposer une souscription à une vie meilleure. Tout n’est pas parfait loin de là. Mais nous travaillons sans cesse à ajouter une petite dose de ré-imaginer un système de santé centré sur l'individu. On est certain que c'est ça qui fait la différence.

Cet article vous a plu? Sur le même sujet, nous avons également écrit:

Fabrice Staad
VP actuary and insurance product

Plus d'articles de Fabrice Staad

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie