Laurence Lebedinsky-Pollet
Sage-femme spécialisée dans les troubles du sommeil
20 janvSanté

Quand consulter un spécialiste des troubles du sommeil ?

Vous pensez avoir tout essayé, en vain, pour mieux faire dormir votre bébé. Mais de séances d’endormissement sans fin aux réveils répétés la nuit, vous ne savez plus à quel saint vous vouer ? Il existe des spécialistes des troubles du sommeil des tout-petits, qui pourront sans doute résoudre rapidement votre problème.

Vous en mettriez votre main à couper : votre bébé ne dort jamais. En êtes-vous si sûrs ? La première chose est de vous en assurer. Dans chaque tranche d’âge, il y a des petits et des gros dormeurs. Dans son premier mois, un bébé doit dormir entre 16 et 20 h en moyenne (toutes périodes de sommeil journalier confondues), une quinzaine d’heures à trois mois et une heure de moins encore à un an. Des besoins qui se calent ensuite sur une douzaine d’heures, jusqu’à trois ans au moins.

Un agenda du sommeil pour avoir une vision plus claire

Pour comparer efficacement la dose de sommeil quotidienne de votre enfant et ces nécessités d’ordre biologique, l’idéal est de faire un calendrier / agenda de sommeil. A savoir, un tableau où vous noterez toutes les plages de sommeil de votre enfant, assortis de son activité dans l’attente de l’endormissement : a-t-il pleuré ? joué ? quels signes de sommeil a-t-il manifesté (énervement, frottement des yeux, bâillements, pleurs…) et à quelles heures ? Vous en trouverez de nombreux modèles sur Internet. Cet outil sera également précieux au spécialiste du sommeil que vous irez consulter, pour vous conseiller et corriger d’éventuelles erreurs, s’il est avéré que votre bébé ne dort pas assez. Mais il se peut aussi que vous constatiez que, mis bout à bout, les micro-endormissements de votre bébé finissent par faire la dose de sommeil requise. Remplissez cet agenda une semaine avant la consultation.

Ecartez les éventuels problèmes d’ordre physiologique

Proximité oblige, votre pédiatre, votre médecin généraliste ou encore la puéricultrice de la PMI sont vos interlocuteurs au premier chef. Leur aide peut être précieuse pour vérifier que le problème de votre bébé n’est pas de nature organique (allergie, par exemple au lactose, gaz, reflux…). Une consultation ostéopathique au cours des premières semaines peut également donner d’excellents résultats, en supprimant les éventuelles tensions qui pourraient résulter de l’accouchement, notamment s’il a été difficile. Différents types de spécialistes du sommeil du bébé Mais ces généralistes ne seront pas toujours en mesure de vous expliquer clairement la physiologie du sommeil de votre bébé. Si vous souhaitez aller plus loin que le simple conseil « Laissez-le pleurer », il peut être judicieux de vous tourner vers une psychologue clinicienne. Un regard d’autant plus précieux que les problèmes de sommeil des bébés sont souvent liés à ceux de leurs parents (projections fréquentes, notamment, de leur angoisse de séparation sur leur enfant). Le recours à un pédopsychiatre n’étant a priori pas justifié avant 18 mois- deux ans. Il existe aussi quelques sages-femmes spécialisées sur cette problématique. Tous ces pros ayant pour atout de porter un savoir médical et pointu sur la petite enfance. Ce qui n’est pas forcément le cas de la pléthore de « consultantes sommeil », aux profils très disparates, qui fleurissent depuis quelques années sur le Web. Avant de vous lancer, n’hésitez pas à bien vous renseigner sur leurs qualifications.

Une consultation dense et généralement profitable

La consultation, à laquelle les deux parents sont conviés avec l’enfant, se déroule généralement dans un cabinet en ville. L’expert vous interrogera sur la manière dont s’est déroulé l’accouchement, sur les habitudes – ou les ruptures d’habitudes survenue dans la vie de votre bébé (nouvelle nounou, entrée en crèche, déménagement…). Sur la base du calendrier de sommeil – qu’il pourra vous aider à faire le cas échéant – il analysera les rythmes et les rituels liés à celui-ci, pour, si besoin, corriger vos erreurs. Par exemple, les bébés ont besoin d’horaires et de rituels immuables. S’il s’avère que, par inadvertance ou par choix, vous modifiez régulièrement ces horaires, il vous invitera à davantage de régularité. Il vous interrogera aussi sur les éventuels soucis survenus dans le foyer : tensions, deuils, difficultés professionnelles… Autant d’émotions que le tout-petit, véritable chaman, engrange et qui sont sources d’angoisse pour lui. Et vous invitera, exemple à l’appui, à lui expliquer les choses, directement. Une méthode qui fait souvent des merveilles ! Il pourra aussi vous conseiller certaines techniques qui ont fait leurs preuves pour envoyer bébé dans les bras de Morphée comme l’emmaillotage.

Des résultats rapides

La plupart du temps, une seule séance suffit pour que les choses rentrent dans l’ordre. Un suivi téléphonique peut être mis en place. Compter entre 70 et 150 euros environ la séance d’une heure (a priori non prise en charge par la Sécurité Sociale).

Laurence Lebedinsky-Pollet
Sage-femme spécialisée dans les troubles du sommeil

Plus d'articles de Laurence Lebedinsky-Pollet

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie