Nathalie Gontier
Journaliste engagée
20 janvSanté

Risque-t-on de traumatiser un bébé en faisant l'amour dans la même chambre que lui ?

Faire l’amour alors que bébé est dans la même chambre, voire dans le même lit, a-t-il des conséquences néfastes sur son petit cerveau en pleine croissance ?

Les expert.e.s s’accordent pour affirmer que c’est autour de deux-trois ans qu’un bébé prend conscience d’avoir un sexe, en commençant à explorer le sien. Or il est rarissime qu’à cet âge, un enfant continue de partager le lit de ses parents, puisque les adeptes du cododo le pratiquent jusqu’aux 6 mois de l’enfant environ. Avant que le bébé ait un an, ce qui représente donc l’écrasante majorité des cas, il n’y a guère de risque qu’il soit perturbé par la sexualité de ses parents : non seulement il n’a aucune idée de ce qu’est la sexualité, mais il ignore tout des tabous et interdits culturels que les adultes projettent sur le sujet.

D’autre part, un bébé ne garde aucun souvenir : on parle d’ailleurs d’amnésie infantile. D’après Joanna Smith, psychologue et autrice de « A la rencontre de son bébé intérieur » (éd. Dunod), plus on parle à un bébé, plus il est susceptible de développer des souvenirs tôt, mais jamais avant ses 18 mois-2 ans. Pour autant, un enfant garde des impressions ou sensations qui le marquent durablement. Ainsi, le « cerveau émotionnel » des bébés est mature dès la naissance, et sensible aux expériences de peur et de stress, ou au contraire de sécurité et d’apaisement qu’il ne parvient pas à auto-réguler, et cale sur émotions de sa mère, avec laquelle il passe généralement le plus de temps au début de sa vie. Autrement dit, un bébé a toutes les chances d’être serein si sa mère l’est… mais il peut associer cris et gémissements de plaisir à un danger, de la colère ou de la peur, se réveiller… et casser l’ambiance.

C’est surtout la sexualité des parents qui risque d’être perturbée par le cododo

En théorie, un enfant a donc peu de risque de vous reprocher un jour d’avoir fait l’amour à portée de son cerveau ultra sensible, d’autant qu’en pratique, le fait de dormir à proximité de son bébé a en général un effet lénifiant sur la libido, déjà bien entamée par la chute hormonales et la récupération des suites physiologiques de l’accouchement. Rares sont donc les parents qui pratiquent le cododo ET le kama sutra en même temps, et à haute dose. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles les spécialistes s’entendent pour recommander que l’enfant dorme dans son propre espace avant son premier anniversaire : lorsque le lit est un espace de parentalité, il est difficile pour les parents d’y retrouver leur intimité. Quoi qu’il en soit, et particulièrement si vous pratiquez le cododo, il est important de ne pas négliger votre vie de couple et de vous accorder du temps à deux : si vous le pouvez, faites garder bébé une heure ou deux, partagez un moment agréable, qu’il soit érotique ou pas. L’intimité, ça n’est pas que le sexe, et le sexe ne se résume pas à la pénétration, ni au lit conjugal. Les caresses, les câlins et ce que l’on appelle arbitrairement « les préliminaires » en font partie, et vous pouvez pratiquer dans tous les espaces de la maison, même si vous n’habitez pas un manoir ! Enfin, si bébé partage votre lit la nuit, il n’est pas obligé de partager votre chambre tout le temps, et peut parfaitement faire la sieste dans son maxi cosy pendant que vous réinvestissez votre chambre, par exemple.

En résumé, en matière de sexualité et de cododo, comme en la plupart des matières d’ailleurs, il n’y a pas de règles immuables : l’essentiel est que vous soyez tous les deux à l’aise, et que vous communiquiez aussi simplement et ouvertement que possible pour poser ensemble vos propres limites… pour le bien de votre enfant, mais aussi de votre couple.

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie