Alan
Mascot @ Alan
3 septSanté

💭 Témoignage : "Ahhhh non pas le vaccin ! "


Temps de lecture : 2 minutes

🎙 Témoignage : les conseils de deux mamans, Barbara et Leslie, pour les vaccins des tout-petits


Il est venu le temps du vaccin ! Que ce soit le premier ou le 4ème, le problème reste le même. Les enfants, petits ou grands, détestent ça. Alors comment parler des vaccins à nos enfants? Comment les rassurer et surtout, quelles sont les petites astuces à mettre en place pour que cela se passe au mieux ?

Chacun sa méthode, chacun son secret ! Nous avons interrogé deux mamans dans l’espoir de trouver la solution miracle à la piqûre tant redoutée.

Là où les parents sont unanimes, c’est qu’il faut expliquer aux petits comme aux grands ce qui va se passer (même à un nourrisson). La communication n’est pas toujours verbale, si votre enfant ne maîtrise pas le vocabulaire, il comprend l’intention !

Leslie, 25 ans, a une petite fille de 3 mois : Alexandra

Quand est venue l’heure de son tout premier vaccin, Alexandra avait seulement 2 mois. Et c’est finalement la maman qui était la plus paniquée ! L’imagination de Leslie a pris le pas sur sa raison : voilà que l’aiguille utilisée pour le vaccin est plus grande que la tour Eiffel !

Comment a-t-elle passé ce moment difficile : tout d’abord, cela peut sembler logique mais elle a un très bon pédiatre qui prend le temps de rassurer les enfants comme les parents. Leslie a pris son bébé tout contre elle. Rien de plus rassurant que d’être collé à papa ou maman ! Elle en a même profité pour lui chanter sa chanson préférée et hop ! La piqûre est passée comme une lettre à la poste.

Il faut toujours féliciter son petit bout quand la piqûre est passée, même si l’enfant a pleuré. On peut être courageux et verser quelques larmes voire pleurer à torrent. Mais le courage, c’est d’être resté jusqu’au bout !

Barbara, 32 ans, a un petit garçon de 2 ans : Raphaël

“Ayant moi même un petit garçon de 2 ans, Raphaël, voici mes quelques astuces pour faire passer la piqûre l’air de rien :

En entrant dans le cabinet, j’ai demandé à ma pédiatre une seringue (sans aiguille bien sûr) et j’ai montré à mon fils comment un vaccin se déroulait en le faisant sur son doudou. Cela va sans dire, son doudou est extrêmement courageux ! Raphaël était rassuré et a d’ailleurs demandé à le faire sur sa petite peluche. J’apporte aussi son livre préféré et je lui raconte le passage le plus drôle pendant toute l’opération.

Enfin j’ai demandé conseil à mon ami Paul : papa de Louis, 6 ans. Si ce dernier est un habitué des vaccins, il ne trépigne pas d’impatience quand il doit s’y rendre. Paul prend le temps d’expliquer à son fils que les vaccins sont importants, qu’ils empêchent de tomber malade. Et que lui aussi, tout papa qu’il est, doit faire ses rappels et se fait régulièrement vacciner. Enfin, la dernière astuce et souvent la plus efficace : la récompense !

J’ai personnellement un merveilleux souvenir : celui de l’éclair au chocolat que m’offrait ma mère après mes vaccins ! ”

Pour le côté pratique, il faut savoir qu’il existe des patchs anesthésiant qui réduisent la douleur, à poser environ une heure avant. Pensez à les demander au préalable, les pédiatres ne les prescrivent pas systématiquement.

Nous espérons que ces petits conseils vous aideront à passer plus sereinement l’épreuve des vaccins et surtout n’oubliez pas, nos petits sont bien plus courageux qu’il n’y paraît !

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie