Alan
Mascot @ Alan
1 juilSanté

💬 Témoignage : de la couche au pot, l'apprentissage de la propreté.

Bébé grandit, le temps des couches prend fin. Chers parents, commencez à sortir les pots ! 🧻

Quand est ce que ça arrive?

Il est dit que l’apprentissage de la propreté se fait entre 2 ou 3 ans. Il est aussi dit que cela se fait (presque) naturellement, lorsque l’enfant se sent prêt. Dire “l’enfant se sent prêt”, c’est beau, mais cela tient plus de la théorie que de la pratique. On n'entend jamais d'histoire où un enfant a mis au placard ses couches en demandant fermement le pot.

Certains parents n’osent pas le dire, mais l’apprentissage de la propreté se fait plus urgent quand les premiers jours de maternelle approchent. Mais est-ce vraiment une obligation? Le passage au pot est-il véritablement un examen d’entrée pour nos enfants?

Ça sera plus pratique, en effet, mais il n'est pas question de s'angoisser non plus. Chaque enfant a son rythme, et finira un jour par être propre. Et puis, la douceur et la patience des maîtres et maîtresses ne sont plus à prouver.

Le témoignage de Paul.

Il nous raconte le parcours de son fils Yann, 3 ans, qui est aujourd’hui un virtuose du pot.

“Nous (ma compagne et moi-même) avons commencé à proposer le pot à notre fils peu après ses 2 ans. D’abord parce qu’il y avait un peu de “pression” de la part de notre entourage. Mais il était hors de question de lui faire sentir une quelconque urgence. La 1 ère étape (selon toute logique) fut d’acheter le pot. Ce qui s’est révélé être un vrai challenge ! Il y en a tellement !

Il existe le pot basique mais aussi celui qui ressemble aux toilettes des grands avec bruit de chasse d’eau, le réducteur de toilettes avec marches intégrées…

Nous avons finalement opté pour celui que la nounou utilise. C’était plus simple pour Yann, le fonctionnement reste le même, que ce soit à la maison ou ailleurs.

La 2ème étape fut de demander conseil à de nombreux parents. Avec le recul, je ne sais pas si c’était une bonne idée. Les opinions divergent, nous étions encore plus perdus.

Donc retour à la sagesse quasi ancestrale de notre nounou. Voici ce qu’elle nous a proposé :

Yann sait dire caca et pipi et peut donc nous indiquer quand il l’a fait ou mieux encore, quand il compte le faire. Il suffit, dès qu’il prononce les mots magiques, de l’asseoir sur le pot. Parfois c’est trop tard, la couche est déjà pleine. Parfois c’est inutile. Il reste assis longtemps, à fixer le mur, à regarder son livre ou même à jouer avec son petit avion.

Au bout de quelques semaines et de nombreuses félicitations dès que le pot était plein, notre fils a fini par le maîtriser comme un chef. Il y a eu quelques “ratés”. Un jour, en voulant montrer à sa mère son chef-d’oeuvre, il s’est pris les pieds dans le pantalon et a tout renversé. Ce sont les risques du métier. Soyez prêts !

J’ai lu, plus tard, une jolie histoire, qui me semble utile. Une maman a acheté à sa fille des culottes imprimées de ses personnages préférés. La petite ne voulant surtout pas faire pipi sur une princesse a rapidement réclamé le pot pour éviter tout accident !

Pour résumer, je dirais que chaque enfant est différent. Et que le plus important est de ne surtout pas forcer le passage de la couche au pot. Une obligation est source de stress et ne peut que ralentir ce délicat apprentissage.”

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie